Foin des autoroutes culturelles …

Du chemin .. 
Centre culturel de Soumagne , 
Dans le cadre de ” Y a pas de LézARTS ” ! 2009

On sur le sait, important ce ne est pas où on va, c’est le chemin Que l’on prend.
Et bien ce chemin là, c’est vraiment agréable de pouvoir l’emprunter en compagnie de Fabris Remouchamps. 
D’abord parce que l’homme est agréable. D’abord abord extrêmement moustachu et tout blanc blanc, il a le regard pétillant et l’humour à la fleur de lèvres. Une bouille d’explorateur des pôles, de défricheur d’inconnu. Rien que ça, c’est déjà pas mal. 
Mais tracer un chemin à Soumagne, en déposant une bonne cinquantaine de petites valises, c’est un peu nos bagages qu’il nous permet de déposer. 
L’installation en aérienne, flottante, suspendus… le cliché, quand il est littéraire, veut que ce soit «aux lèvres» de quelqu’un. C’est est photographique, c’est de temps qu’il est question. D’un arrêt (sur l’image, forcément) qui, sans forcer le regard, l’oriente vers un horizon nouveau, vers la découverte inattendue de l’étonnement d’un autre. 
Toutes ces petites surprises affichées par l’artiste, mises en boîte à malices, Fabris Remouchamps ne nous livre pas. Le travail (coloriage diraient à leurs enfants si elles étaient libérées du livre de coloriages qui ont été emprisonnés en lignes à ne pas surpasser), d’une mise en valeur subtile de ce qui est caché que nous ne voyons pas.
Fabris y va de techniques diverses qu’il a accumulé au cours de ses pérégrinations pour rehausser de couleurs vivantes les lieux, les choses, les gens parfois plus insolites. On ne sait pas toujours s’il voit le monde que nous rêvons ou si c’est lui qui rêve pour que nous voyions le monde.
Foin des autoroutes culturelles où la pensée va toujours tout droit, les petits chemins qui sentent la noisette se font bien rares de nos jours, profitons-en. 

Christophe KAUFFMAN 

Du chemin ..

Centre culturel de Soumagne, 
dans le cadre de “Y a pas d’lézarts!” ” 
Octobre 2009 

Fabris Remouchamps nous emmène dans la traversée du temps, du monde, il fait des êtres pour un voyage vers l’horizon. Mais son regard dénote les arrêts sur l’image que certaines masquent d’une façade hermétiquement proche et que d’autres tentent d’écarteler.  Passage, déambulation, découverte intense des lieux, des couleurs, des suggestions d’odeurs, des émerveillements ou des dégoûts. La mémoire de cette traversée s’estompe pourtant en fragments multiples qui restent dans la tête et dans le cœur par les coups et les émotions, rarement par ordonnance chronologique. 
Ces fragments ont été retrouvés sur la route et nous avons accompagné le prix de la direction. Ce que l’on voit ou qu’on laisse entrevoir recette cependant les espaces fermés où le possible est invisible. Témoin de cette mosaïque, Remouchamps est également concerné par lui-même. De longs voyages à l’ouest ne revient jamais, il est déjà commencé plus que son tour.  Si la déambulation est pour lui une pratique quotidienne, elle est d’abord d’une manière de s’ouvrir et d’être disponible.Traverser maintes and maintes fois, les mêmes espaces, fussent-ils mentaux, n’est pas une volonté de circuler dans les territoires connus ou conquis, mais plutôt de porter à chaque passage un regard neuf à regarder toutes les formes de certitudes. Semblable to ces voyageurs of années trente on découvre du monde, il avance sans protection de la recherche il n’a jamais été vu et il ne s’est jamais livre.  La somme des images visibles est peu comme les billes accumulées dans l’enfance et les conquêtes de haute lutte en écorchures multiples. Ce trésor de guerre est négligemment, mais plutôt sur un fond noir, rien sur la vision en couleurs, un furtif ou des défauts d’usure, le souvenir des multiples sont sont refont surface.Chaque photo est comme une bille qui roule dans la mémoire, elle est un témoin privilégié ou futile d’un lieu, d’une découverte, d’un étonnement. 
L’ensemble de l’exposition s’articule autour d’une installation désordonnée et aérienne de témoins horizontaux des tentatives de traversées. Bien que reposant sur une production photographique récente, dans sa nature et sa présentation, elle soit véritable synthèse des disciplines abordées par son auteur tout au long de son parcours professionnel et artistique. 

Mai 68, le pavé dans la …  Espace Venta  – Mai 2008 

(re) composé du mouvement du temps

La finale de soixante ans sur la formidable accélération de la liberté. 
D’un côté des enfants que nous avons fumé en habitudes de révolte et de l’autre les flics en uniformes tout court. Les fleurs de naïveté narguaient le canon des fusils, Guevara et Ian Palach mouraient au pied de l’espérance, Luther King et Kennedy aussi…  Sur l’Afrique du Sud et sur déjà en Palestine. La Belgique se consommait un peu plus et les pavés volaient au Quartier Latin. Mais l’homme s’apprêtait à marcher sur la lune et Woodstock commençait à poindre… Mai 68 aura rendu la révolution possible mais court, si court. Un éclair immense, aveuglant qui nous brouillé le regard. 
Jean-Claude Deprez et Fabris Remouchamps ont (re) composé le mouvement du temps, celui de la permanence des idées, la résistance de l’ordre établi, et nous avons encore une combustion lente, quarante ans plus tard. 

Didier Dirix 

Le retour de flamme – La libre -24 / 05/2008 

ILs la liberté voulaient. Ils ont tous été: laxisme, irrespect, incivisme, décadence. Ils voulaient une société non capitaliste.Ils ont engendré une société de profit. Ils voulaient l’amour et pas la guerre. Ils ont eu les liaisons improbables, n’empêchant ni guerres ni terrorisme. Leur idole romane, barbudo coiffé d’un béret noir s’est fanée comme les fleurs de leur génération. Ils ont des slogans et n’ont plus qu’une terre sous les pavés qui n’ont jamais caché de plage. 
Ainsi, les soixante-huitards, les quatre dernières décisions ont été empêchées dans les contradictions de leur embourgeoisement. Voilà ce qu’expriment, de manière agitée comme cette époque, les dessins-monotypes de Jean-Claude Deprez et les photographies-montages de Fabris Remouchamps. Nulle prise de position, nulle part nostalgie déplacée, simplement des souvenirs brûlés, entremêlés dans le flou des années. C’était déjà la fin des Golden Sixties, pressentiment sinistre mais encore utopique de ce que serait le siècle suivant. En jetant leurs pavés dans le jument, ils sont tous restés éclaboussés. 

Jean Jour 

Territoires Clos…

Biennale de la photographie 
Liège – Février/Mars 2008

D’un volet baissé, d’une porte fermée, d’un rideau tiré, d’un objet abandonné … de la perception d’un passé, d’un présent, voir d’un futur.  Si l’humain n’est pas visible, les limites de son territoire sont marquées par son choix et ses actions suggérées par son univers. Territoires fermés n’est pas un inventaire, c’est le point de départ d’une conférence ouverte. 

Espaces clos – La Libre – 08/03/2008

“Espaces clos” de Fabris Remouchamps veut photographier les volets tirés, les portes fermées, les façades hermétiquement fermées sur leur mystère et derrière eux, peut-être, il s’est passé quelque chose. Un travail qui ne manque pas de rigueur et qui se termine par atteindre les formes et les couleurs, une abstraction géométrique. 

Jean Jour 

Fabri’s’- 1989

… Fabris est avant tout Fabris, avec un « S » comme il faut. Notre première rencontre remonte… c’est d’abord avec un immense éclat de rire que je le connais, ensuite avec une salopette de rock-roadie puis avec un méchant brûlant-gueule et enfin avec un regard étonnant de tendresse et de provocation, de malice et de cette inévitable pointe d’irrévérence qui intrigue et dérange à la fois. A partir de ce moment, sans chercher à tout prix, nos routes n’ont pas fait se croiser et se décroiser pour finir par ne plus perdre.  J’ai commencé alors à découvrir les grandes passions de l’artiste, sa conviction est inébranlable et ses envolées lyriques à propos de la couleur, de l’occupation de l’espace. J’ai pu, enfin, moi avoir une idée de la peinture et de la conviction d’un étonnant travail de patience, d’inventivité et de rigueur.  J’ai en effet, toujours été séduit par les artistes au sens large et considéré comme une réussite spontanée dans un grand mouvement définitif. Inutile de dire que l’artiste (que je découvrais alors, sous-dehors volontiers et parfois démesurés) renforçait cette impression. Néanmoins, je connais assez aujourd’hui, attester de ce qu’il reste soit une réflexion sans cesse remaniée par une volonté presque ludique de défier la matière. Tout cela sans académisme et surtout avec grande sincérité. 
C’est un amour ce Fabris et le message à tous peut être perdu, il y a la mystère, l’inconnu, l’Inattendu … ” … 

Didier Dirix

Fourneau, Van Den Brom, Remouchamps – 1981

Extraits de: De Bec et de Plume à l’Art de la Parole II 
Biblio – RTBF Liège 

… “Daniel Fourneau, Marc Van Den Brom, Fabris Remouchamps n’ont pas de commun non seulement d’être allés à l”Académie et d’avoir été bons élèves de Beunckens, mais nous sommes contre-courant d’une certaine avant-gardiste vieillissant qui joue avec ses concepts. Ces nouveaux-figurants sont tout-à-l’heure des fils et des reconnaissances du pop art, d’une certaine abstraction lyrique (surtout Remouchamps) et de la bande dessinée. Ils ont beaucoup à dire. “… 
…” Fabris Remouchamps joue, lui aussi, sur l’équivoque. A y regarder vite, grandes surfaces des tableaux sont abstraites. Si l’homme apparait, il s’intègre, se fond presque au paysage. Disons pour être comprend, que la couleur fluide évoque une certaine joie. Néanmoins toujours un petit détail ajoute une note de dérision ”…

Jacques Parisse

Noyade interdite

Festival du Jeune Théâtre – Liège 1979

Les artistes sont des gens étonnants, ils sont étonnants parce qu’ils sont d’abord étonnés. 
Et quand ils vont être, ils peuvent devenir des troublants “ètonneurs”. 
Certes, il arrive que ce métier d’étudiant ne soit pas un état authentique; alors toute leur aventure est réduite à une manifestation de la mode. C’est simplement fatiguant. 
L’œuvre de Fabris Remouchamps ne me fatigue pas. Ou bien il est un vrai artiste, ou bien je suis un vrai jobard. Je n’exclus pas non plus que Fabris Remouchamps étonnant à fortes proportions ne se lance pas dans un manifeste de «l’Ahurisme». A moins qu’il devienne, à coups d’admiration et de respect pour les œuvres simples et fortes, le décorateur de théâtre par excellence; c’est-à-dire un peintre qui a besoin de d’espace. 
Fabris Remouchamps a intitulé son exposition: «noyade interdite». 
Par exemple j’y aime beaucoup son «clown crucifié», l’interprétation aussi. 

Jacques Paulus

Christiane Gillardin

Petit texte de présentation pour une expo.

J’aime ce qui est discret et sensible, le tapage étant souvent la manifestation d’une incertitude ou d’une impuissance. Transmettre discrètement nous apporte le plaisir de la confidence, nous rapproche directement sans devoir passer par un long discours. L’esquisse sensible, elle nous parle sans mot, elle va droit au cœur en nous parlant simplement avec cette sincérité que nous espérons tous et que nous rencontrons peu. Ces qualités se trouvent, sans hésitations, dans le travail proposé. Chercher et chercher encore semble l’animer, elle nous propose une peinture nourrie de cris dissimulés derrière cette amour des matières retenues et presque effacées. La sensibilité n’est pas un défaut quand elle est riche et nous amène à l’essentiel. Cette quête intime de l’essentiel, qui se cache en nous, est inclue dans le geste pictural de Christiane Gillardin.

 Fabris Remouchamps… (15/08/2019)

Ann Graus et Adelin Donnay…

Texte écrit pour leur exposition à Verviers – 2019

Traits, fils, écritures, cordes, nœuds, toiles, pinceaux, brosses …

Les traits d’Adelin Donnay filent parfois un mauvais coton, alors que les fils d’Ann Graus tracent la théorie du Rhizome.

Aux écritures d’Adelin, témoins sourds de ses cris, les cordes d’Ann répondent en se nouant comme pour retenir l’espace intérieur.

La brosse d’Ann rempli l’espace pour en délimiter les contours, celle d’Adelin recouvre en partie comme pour taire les choses trop personnelles.

Le pinceau d’Adelin s’énerve sur la toile, celui d’Ann précise ou colore.

Quand Ann patiemment assemble en dentelles improbables, Adelin déchire et colle avec frénésie.

Etaient-ils fait pour se rencontrer, surement. Etaient-ils fait pour partager les cimaises, évidement.

Certes différents, mais animés tous deux de cette volonté de densité qui est la marque de ceux qui cherchent sans avoir peur d’étonner.

Le temps d’une exposition, leurs œuvres ne peuvent que s’unir ou se repousser en un dialogue fort et sincèrement authentique.